Cet hiver, restez au chaud… et au sec!

Lorsqu’on parle de l’hiver et de comment lutter contre le froid dans votre maison, vous pensez à une bonne isolation.
Et bien sûr vous avez raison : une mauvaise isolation fait exploser votre facture de chauffage en plein hiver.

Mais… est-ce là le seul critère nécessaire pour évaluer un mur? Pas si on se fie au Code National du Bâtiment.

En plus de l’aspect isolant (la fameuse valeur « R ») et la force, le Code National du Bâtiment accorde une importance particulière au contrôle de l’humidité.

L’humidité : l’ennemi numéro 1

Le contrôle de l’humidité est le fait d’empêcher la condensation et l’accumulation d’eau et d’humidité à l’intérieur des murs (que ce soit dans la cavité murale ou sur ses parois internes).

En plus de potentiellement réduire l’efficacité énergétique de l’isolant mural, l’humidité peut conduire à la formation de pourriture et de moisissure dans les murs. La pourriture s’attaquera à l’intégrité structurale de votre demeure, tandis que la moisissure pose des risques sérieux pour votre santé1.

Nous ne pouvons pas voir ce qui se passe à l’intérieur des murs une fois complétés. C’est pourquoi la prévention et le contrôle sont si importants.

D’où vient l’humidité dans vos murs?

La condensation

Pendant la saison froide, la différence de température entre l’extérieur de votre maison et l’intérieur est plus importante. La vapeur d’eau contenue dans l’air chaud se transforme alors en eau liquide au contact de l’air froid, c’est la condensation.

Et la condensation se passe à l’endroit où le chaud et le froid se rencontrent : dans vos murs !

Plus la teneur en humidité de l’air est importante, moins la température à laquelle l’air se condense a besoin d’être basse. Cette teneur en humidité joue donc un rôle important car dans un environnement humide, l’air se condensera durant une période plus longue et engendrera une humidité plus importante dans vos murs.

Les autres composantes de la maison

Lorsqu’on construit une maison, les matériaux utilisés contiennent tous une certaine quantité d’eau.

Par exemple, le béton des fondations est séché jusqu’à ce qu’il atteigne la résistance et la durabilité souhaitées – mais il ne sera pas exempt d’humidité au moment de la construction des murs. Il en va de même pour le bois de la charpente, la teneur en humidité des éléments en bois d’une structure peut atteindre 19 % au moment de l’installation, tel que prescrit par le Code national du bâtiment.

Avec des matériaux comportant un si grand pourcentage d’humidité, on peut s’attendre à ce qu’ils continuent de libérer des particules d’eau dans l’air à l’intérieur du mur une fois la construction terminée.

Les solutions pour lutter contre l’humidité dans vos murs

Déplacer le point de condensation

Afin de déplacer le point de condensation (où la vapeur d’eau se transforme en liquide) à l’extérieur de la cavité murale, il faudrait empêcher la cavité murale de trop se refroidir. La condensation aura lieu là où l’air chaud rencontre l’air froid. En déplaçant ce point de rencontre à un endroit où on ne retrouve pas de vapeur d’eau (comme dans l’isolant à l’extérieur de la cavité murale), on élimine le risque de condensation.

Pour y parvenir, ajouter de l’isolant sur l’extérieur de vos murs est la solution. Avec suffisamment d’isolant extérieur, vos murs garderont leur chaleur et le point de condensation se déplacera vers le revêtement extérieur. Si la condensation s’y produit, l’eau en résultant pourra alors simplement glisser vers l’extérieur.

Il est important de noter que le point de condensation varie selon plusieurs facteurs, notamment la température et le taux d’humidité, pour ne nommer que ceux-là. Il est donc virtuellement impossible de garantir que le point de condensation d’un assemblage mural se situe en tout temps à l’extérieur (si on veut donner aux murs une épaisseur raisonnable!). Ce qui nous amène au point suivant…

Laisser respirer vos murs

Avec ce que nous venons de voir, vous pourriez être tentés d’emballer votre maison d’un revêtement étanche afin d’empêcher le froid et l’humidité de toucher vos murs. Agir ainsi aurait plutôt l’effet inverse! Empêcher vos murs de respirer aura pour effet d’emprisonner l’humidité de l’air intérieur de vos murs et donc de l’amplifier.

Il faut plutôt prévoir une ventilation adéquate des murs afin de leur permettre d’évacuer leurs surplus d’humidité.

Vous n’imaginerez jamais votre salle de bains sans ventilation? Pour votre maison c’est la même chose : extraire l’humidité à l’extérieur de vos murs est la solution saine pour votre intérieur.

Que faire pour m’assurer un bon contrôle de l’humidité avant la construction?

Le Code National du Bâtiment prévoit des dispositions par rapport au contrôle de l’humidité dans ses articles sur l’isolation thermique (9.25.2.1), le système d’étanchéité à l’air (9.25.3.1) et le pare-vapeur (9.25.4.1). En vous assurant de respecter le Code au moment de la construction de votre demeure, vous avez l’assurance d’une maison saine. Vous pouvez également opter pour des assemblages qui surpassent les normes, en utilisant le panneau R-5 XP de BP Canada, par exemple.

À ce sujet, BP Canada a mis sur pied un document présentant une panoplie d’assemblages muraux spécifiquement conçus pour le Code de construction du Québec. Vous le retrouverez au bpcan.com.

 

1 Pour en savoir plus sur les effets de la moisissure sur votre santé, nous vous invitons à consulter le site du gouvernement du Canada.